Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par alternativesenmedecinegenerale

Porter des alternatives localement sans soutien national est usant... alors à quand la fin des lobbys qui empêche le bon sens : celui de soigner tout le monde de façon efficiente par l'organisation des soins primaires

 

 

CCP de MG France

 

Le projet de Stratégie nationale de santé a été lancé en juin 2012 par Jean-Marc Ayrault lors de sa déclaration de politique générale devant le parlement.


En février 2013, pour mettre en place auprès de Marisol Touraine les acteurs de cette stratégie, un Comité des Sages a été créé. Ce dernier a été présidé par Alain Cordier et un nouveau secrétaire général des ministères sociaux, chargé de sa mise en œuvre, Denis Piveteau, remplacé en septembre 2013 par Pierre Louis Bras.

Après plusieurs décennies consacrées au progrès des techniques médicales et à une spécialisation croissante des soins, le système de santé français est confronté aujourd'hui à deux défis majeurs :
- L'aggravation régulière des inégalités sociales de santé qui toucheront bientôt près de 50 % de la population. Excès de mortalité précoce avant 65 ans, différence d’espérance de vie de 7 ans entre un cadre et un ouvrier, arrêt de la progression de l’espérance de vie sans handicap en sont les principales caractéristiques.
- L'explosion des maladies chroniques : elles représentent aujourd'hui la majorité des demandes de soins et nécessitent une réorganisation de leur prise en charge. On ne soigne pas des malades chroniques sans travailler en équipe et sans inscrire ces prises en charge dans la durée.

Le système de santé français dépense trop et il dépense mal. Le poids des lobbys y est excessif. La santé publique n'a pas la place qu'elle mérite. Les freins financiers sont l’obstacle principal au parcours de soins de la population la plus fragile.

Il convient aujourd'hui de réorganiser notre système de soins en apportant à l'étage des soins primaires la même attention que celle donnée aux soins hospitaliers et universitaires en 1958. Le rapport Cordier trace à cet égard des perspectives intéressantes. Il s'appuie sur un consensus partagé par de très nombreux experts et vise à doter notre pays d'une organisation sanitaire comparable à celle d'autres grands pays modernes.

Pour MG France cela implique une réforme ambitieuse portée par le gouvernement :

- des soins de premier recours organisés autour de la fonction médecin traitant, y compris pour les enfants,
- une filière universitaire de médecine générale dotée des moyens nécessaires pour former les praticiens de terrain.
- un médecin traitant accessible en proximité et en tout point du territoire, et un parcours de soins sans obstacle financier pour les patients (tiers-payant)
- une politique de santé publique s'appuyant sur les équipes de professionnels de santé de proximité
- des moyens permettant à ces équipes de remplir leurs missions au service des patients (secrétariat, coordination, communication)

Les élus locaux sont régulièrement sollicités par leurs électeurs sur l’accès aux soins de proximité. Les futures élections municipales devraient replacer sur le devant de la scène médiatique la question de l’accès aux soins dans les zones à démographie médicale fragile.
MG France communiquera à la population son avis sur la capacité de la stratégie gouvernementale à répondre à l’ensemble de ces besoins de santé.

 

Contacts :

  • Dr Claude LEICHER - Tél : 06 25 20 01 98
  • Dr François WILTHIEN - Tél : 06 13 60 54 31
  • Dr Jacques BATTISTONI  - Tél : 06 62 61 09 99

Commenter cet article