Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par alternativesenmedecinegenerale

 

En tout cas, je me réjouis que ce rapport réalisé à partir des auditions des Professeurs issus du monde hospitalier : recommande le soutien à la pratique de la MG que nous défendons : celle qui écoute, examine, rassure, conseille, réfléchit sur la pertinence : celle qui prend le temps.

Dans un système de soins qui ne valorise pas cette pratique : cela fait du bien !

 

Dommage que ce rapport ne modifiera en rien notre quotidien. Cependant, il m'encourage à poursuivre dans ce sens ; Merci.

 

Pour le lire c'est par là

 

Alors voici ce que j'en retiens avec en bordeaux mes précisions :

 

 

- définitions :

 

la pertinence est "ce qui est appropriée à son objet".

 

"La stratégie médicale consiste à prescrire et à programmer chacun des actes dan sun rodre aproprié et adepté à chaque situation clinique, compte tenu des disponibilités des ressources de santé."

 

-Etat des lieux :

 

Le caractère systmétique d'un bilan, d'un dépistage non adapté à la personne est un échec coûteux.

 

L'imagerie doit être ciblée sur un objet. Avec une dérive des imageries lourdes trop souvent prescrites.

 

La multiplication des prescripteurs sans médecin référent induit des problématiques de santé.

 

Le recours rapide à la chirurgie par son effet mode, sa simplification, son accès direct supprime les étapes initiales des traitements qui peuvent être suffisant.

 

J'ai le plaisir de relever : l'importance du rôle du médecin référent : le médecin de famille qui suit la personne et la connait dans son contexte global.

 

-les responsabilités :

 

les conditions d'exercice doivent permettre l'interrogatoire et l'examen clinique minutieux du patient.

Là je pose pour la MG la responsabilité des caisses et des élus : plus un médecin passe du temps auprès du patient, plus les moyens dont il dispose pour financer une structure diminuent. Les MG qui réalisent bcp d'actes en peu de temps, gagnent très bien leur vie. Le système aujourd'hui les valorise et n'aide pas celles et ceux qui s'engagent vers plus de temps près des patients tout en finançant une structure : secrétariat, informatisation......

 

l'académie reproche lors des réunions de concertation pluridisciplinaire pour les cancers l'absence des MG : et pour cause, nous ne sommes pas informés

 

le principe de précaution et la judiciarisation : le rapport parle des nombreux effets secondaires négatifs avec la pultiplication d'actes inutiles voir dangereux. les requêtes contentieuses seraient stables depuis 10 ans. Etudiante, j'ai baigné dans ce discours ambiant de "attention au procès". Mon assurance a été multipliée par 3 cette année en raison de l'augmentation des procès : qui ment ? Lors de la dernière réunion de garde sur notre secteur, 2 médecins dont j'apprécie la pratique (examen rigoureux des patients) sont en cours de procédure sur un temps de garde. Il y a tout de même un contexte judiciaire actuel qui est préjudiciable pour le patient, le médecin et les stratégies médicales...

 

L'environnement sociétal joue sur la pertinence : les médias, le consumérisme médical et l'exigence de rapidité : sont des contraintes qui nuisent à tous. Je n'ai pas la télé : et je sais par les patients les pubs qui existent suite à leur demande....

 

-les pistes d'amélioration :

 

concernant l'enseignement : le rapport recommande de favoriser l'enseignement au lit du malade par la campagnonage, l'enseignement global. Il reconnait que l'organisation actuelle au sein des hôpitaux ne favorise pas cet enseignement.

 

la Formation Médicale Continue est à améliorer pour que chacun y participe. Actuellement au nom de la non participation volontaire de médecins, celle des médecins volontaires a été diminuée en terme de moyens alloués pour garantir l'indépendance de cette FMC

 

les recommandations de bonne pratique via HAS : il faut en faciliter l'usage par des textes courts pratiques dans le quotidien. et j'ajouterai garantir l'indépendance de cet organisme : actuellement seuls 30% des experts seraient indépendants des lobbys selon des enquêtes réalisées par Que Choisir

 

L'organisation des soins : le mode de financement à l'activité (hospitalier et privé) conduit à des "glissements". Et la rentabilité d'un plateau technique a réaliser des actes peu utiles...

 

Les rémunérations des activités médicales : le choix actuel est de favoriser les actes techniques au détriment des activtés intellectuelles (interrogatoire et examen clinique, synthèse clinique d'un patient ...) qui prennent du temps. Les leviers d'action existent mais ne sont pas réalisés. Il s'agit de choix politique urgent que nous attendons !

 

CONCLUSIONS :

 

La pertinence des stragtégies médicales est de la responsabilité des médecins. Elle s'adapte aux 5 missions fondamentales en médecine : prévenir, rassurer, guérir, soulager, accompagner. Elle est synonime de qualité. Et elle s'enseigne par le compagnonnage qui implique une adaptabilité intellectuelle. Elle évolue constamment.

 

Les recommandations :

 

-la réforme des études de second cycle par l'encaderment de sstages cliniques et les enseignements de transversaux.

 

-bonnes pratiques cliniques : la présence du médecin référent lors des décisions collégiales, des reco synthètiques et pratiques, des bilans de santé ciblés avec des objectifs précis

 

-organisation des soins : mise en réseau régional des plateaux techniques lourds, épuration de la nomenclature CNAM, apprentissage de l'efficience des soins

 

-financement : rémunération des activtés médicales intellectuelles versus l'acte technique : valoriser les primo-consultations, les consultations lourdes, modifier la T2A (financement des hôpitaux à l'acte)

 

-information du grand public

 

 

Commenter cet article