Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par alternativesenmedecinegenerale

pour rappel : le soutien de Maudrux à Cahuzac pour la fraude

 

et le fait que les médecins de secteur 1 à revenus faibles ont proportionnellement plus de charges à payer à la CARMF que les autres....

 

Une consternation de plus...

 

 

Et bien lu sur EGORA ce jour :

par Catherine Le Borgne


 

Les confrères membres du Syndicat national des médecins concernés par la retraite (SN MCR) demandent des explications à la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) et à son président, le Dr. Gérard Maudrux, sur leur gestion du régime complémentaire, “sévèrement mise en cause” dans un rapport provisoire de l’IGAS qui s’est penché sur sa gestion de 2006 à 2011. La gestion du régime complémentaire,  piloté de manière autonome par le conseil d’administration de la caisse de retraite, avait déjà été mise en cause par MG France il y a deux ans. 

 

Un rapport provisoire de l’IGAS  de décembre 2012, pointe en effet un certains nombre de faits relatifs à la gestion du régime complémentaire par la caisse autonome. Ce qui a inquiété le conseil d’administration du SN-MCR, qui vient de se réunir pour étudier le document.

 

Le rapport rappelle que la caisse gère environ 5 milliards d'euros de réserves essentiellement constituées pour assurer la solvabilité du régime de retraite complémentaire des médecins. Or, souligne l’IGAS, "la politique de placements ne définit pas d’objectifs clairs et n’est pas suffisamment adossée aux besoins du passif ; la mise en œuvre de la politique de placements est insuffisamment maitrisée ; la caisse a une lecture étroite de la réglementation et ne prend pas en compte les risques”.


Parmi les griefs retenus par l’IGAS, beaucoup stigmatisent la gouvernance. Par exemple, ces  “équipes anciennes et assez peu renouvelées (le président actuel, réélu en 2012, est un administrateur coopté)” ou le fait que “la gouvernance de la Caisse n’assure pas un contrôle suffisant de la direction, s’agissant des placement ; le principal critère de décision au sein de la CARMF est celui du rendement à court terme des placements, ce qui ne manque pas de surprendre pour un investisseur de long terme comme une caisse de retraite” ; “Les placements détenus à travers des fonds ne sont pas suffisamment suivis, et ce à différents stades de la gestion (…)”

Le non respect de la  réglementation semble enfin, soucier aux inspecteurs de l’IGAS :  “Contrairement à ce qu’impose le règlement financier, l’allocation stratégique n’a pas été formellement revue depuis 1996 et le départ entre allocation stratégique et allocation tactique n’est pas fait” ;  “Les notions de passif et de risque sont absentes des comptes rendus analysés par la mission” (…).

 

Refusant de rester inertes face à ce réquisitoire, le SN MCR  veut également alerter les affiliés de la CARMF “par tous moyens appropriés.” Il va mandater ses délégués à l’AG de la CARMF le 17 septembre pour poser les bonnes questions et exiger des réponses précises sur les 23 recommandations de la mission IGAS. Il va aussi demander aux autorités de Tutelle la mise en place à la CARMF d’une procédure d’évaluation interne et externe. Enfin, les médecins retraités vont mettre en place une cellule de suivi de ce dossier.

Commenter cet article

Dazurel 19/06/2013 01:15

La Carmf est antidémocratique, despotique et destructrice de la santé publique.